Aller au contenu

Dossier : Bailleur / Investissement locatif

Précautions et vérifications

Introduction

L’investissement locatif n’est pas seulement une question fiscale, c’est une question patrimoniale. N’examinez pas les seuls critères fiscaux, étudiez l’impact de l’investissement sur votre budget actuel et dans les années à venir. La rentabilité de l’investissement dépend avant tout du prix d’achat du logement et du loyer. Investissez dans un logement que vous pourrez louer régulièrement ou habiter à terme.

Assurez-vous que la demande de logements à louer et particulièrement du type de bien que vous voulez acheter vous permettra de louer facilement et durablement : pour cela, proposez un loyer correspondant au niveau des loyers pratiqués dans le quartier. 

N’achetez pas un logement à un prix surestimé, sous prétexte que vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt. 

Pour connaître l’état du marché local vous pouvez vous adresser aux professionnels ou à  l’ADIL.

Ne négligez pas la qualité du logement et notamment sa performance énergétique : cela vous permettra de louer plus facilement et vous évitera des frais de réparations et d’entretien qui peuvent s’avérer lourds. 

Si vous achetez un logement situé dans un immeuble en copropriété, étudiez bien le règlement de copropriété, vérifiez l’état de l’immeuble s’il est ancien et renseignez-vous sur les charges et les éventuels travaux à venir sur les parties communes.

Au prix d’acquisition s’ajoutent les dépenses que vous devrez supporter régulièrement (certaines peuvent être répercutées sur le locataire ou déduites de vos revenus fonciers) :

  • les dépenses de réparations qui vous incombent ;
  • les charges, si le logement est situé dans un immeuble en copropriété : certaines peuvent être récupérées sur le locataire ;
  • les frais de recherche d’un locataire et de gestion, si vous choisissez de les confier à un professionnel Si vous gérez vous-même, cela suppose que vous vous teniez informés notamment sur la réglementation des relations bailleurs / locataires, vos droits et obligations réciproques, la répartition des charges en copropriété. Tenez compte de l’éloignement éventuel du logement ;
  • les frais d’assurance ;
  • la taxe foncière sur les propriétés bâties.

Si vous comptez sur les loyers pour rembourser vos mensualités, vos autres revenus vous permettent-ils de faire face aux échéances,  si pour une raison ou une autre vous ne les percevez pas : retard dans la livraison d’un logement acheté en l’état futur d’achèvement, inoccupation temporaire ou prolongée du logement, retard dans le paiement des loyers. 

En cas d’inoccupation temporaire du logement vous devrez continuer à rembourser votre crédit et à supporter les charges diverses liées au logement.

Si vous bénéficiez d’une réduction d’impôt au titre de votre investissement, qu’il s’agisse de la réduction d’impôt dite « Pinel » ou d’avantages fiscaux antérieurs, vous devez respecter certaines conditions de location (notamment, loyers et ressources du locataire plafonnés), pendant plusieurs années ( 6, 9 ou 12 ans). Mesurez-en bien les conséquences. 

Avant de choisir l’implantation du logement, renseignez-vous sur l’état du marché local : loyers et prix de vente

Évaluez les dépenses liées à la détention d’un logement et votre capacité à y faire face

Un avantage fiscal vous engage à respecter certaines conditions

Cet article vous a-t-il été utile ?

caractères

Ignorer

Les autres articles de "Investissement locatif"

  • Dispositif Louer abordable dit "Cosse"

    Ce dispositif de déduction fiscale pour la location solidaire s'applique aux logements conventionnés avec l’Anah entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019.

  • Réduction d’impôt pour investissement locatif "Pinel"

    Dispositif d’aide à l’investissement locatif pour les opérations réalisées entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2016

  • Réduction d’impôt pour investissement locatif "Duflot"

    Dispositif d’aide à l’investissement locatif intermédiaire, dit « Duflot » vise les opérations réalisées entre le 1er janvier 2013 et le 31 août 2014

  • Réduction d'impôt pour investissement locatif Scellier

    A compter du 1er janvier 2009 et jusqu’au 31 décembre 2012, date à laquelle le dispositif prend fin avec des mesures transitoires, les investissements réalisés pour l'acquisition de logements neufs, en l’état futur d’achèvement, ou que le contribuable fait construire, de locaux transformés en logement ou de locaux réhabilités permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu.

  • Dispositif Robien recentré - Bailleur

    Dispositif d’aide à l’investissement pour l'acquisition de logements neufs et la réhabilitation de logements anciens à compter du 1er septembre 2006 et jusqu’au 31 décembre 2009.

  • Dispositif Robien classique

    Les investissements réalisés pour l'acquisition de logements neufs et la réhabilitation de logements anciens entre le 3 avril 2003 et le 31 août 2006 peuvent bénéficier du régime d'amortissement dit « Robien classique ».

  • Dispositif Borloo neuf

    Dispositif d’aide à l’investissement pour l'acquisition de logements neufs et la réhabilitation de logements anciens à compter du 1er septembre 2006 et jusqu'au 31 décembre 2009.

  • Dispositif Borloo ancien

    Dispositif qui concerne les logements conventionnés avec l'Agence Nationale de l'Habitat (Anah) et mis en location à compter du 1er octobre 2006.

  • Dispositif Besson ancien

    Ce régime ne concerne que les baux renouvelés ou reconduits entre le 1er janvier 1999 et le 31 août 2006.

Retour en haut de page